Critique : Une Lettre en Eté, Debbie Macomber

Une_lettre_en__t__largeEdition : Charleston
Prix : 19,90 €
Nombre de pages : 318
Genre : contemporain
Note : 18/20

Résumé : L’été est une saison importante pour la maison d’hôtes de Jo Marie Rose. Mark Taylor et elles ont passé beaucoup de temps ensemble pour aménager au mieux ce lieu paradisiaque. Et même si la jeune femme essaie de se persuader que Mark n’est qu’un ami, elle pense beaucoup à lui ces derniers temps, alors que, finalement, elle se rend compte qu’elle le connaît très peu. Désireuse d’en apprendre plus sur son passé, elle sait aussi qu’il lui faudra affronter d’abord le sien avant d’avancer dans la vie. Mais pour le moment, il est nécessaire d’accueillir trois nouveaux visiteurs. Ellie Reynolds a 23 ans, et arrive à Cedar Cove pour rencontrer Tom, un homme avec qui elle correspond depuis des mois et dont elle pense être tombée amoureuse. Maggie et Roy Porter sont là pour leurs premières vacances seuls sans les enfants. Ils espèrent retrouver la flamme de leur amour et regagner chacun la confiance de l’autre. Mais Maggie a un dernier secret à lui avouer, qui pourrait bien faire éclater son mariage.

Autant, j’aime lire des ouvrages contemporains tournés vers les femmes, leurs tracas, leurs joies, leur renaissance à la suite d’événements survenus sans crier gare, au milieu de la vie parfaite et sans tracas qu’elles s’étaient bâties. Autant, Une Lettre en Été est un livre de ce même genre mais sortant totalement du lot à mes yeux ! Vous l’aurez compris dès les premières lignes de ma chronique, il s’agit bel et bien d’un gros coup de coeur ! ❤

En tout point de vue, ce livre m’a vraiment tenue du début à la fin. Pour preuve, chose qui ne m’était pas arrivée depuis un bon moment, j’ai lu plus de la moitié de cet ouvrage, soit 204 pages exactement, en une après-midi. Et c’est avec beaucoup d’excitation que je vous en parle à présent en ce 8 juin, jour de sa parution ! 😉

Comme je le disais précédemment, si vous aimez les livres de genre contemporain traitant de femmes, centrés sur des intrigues familiales, alors ce livre est fait pour vous. Et cela est peut-être votre cas également, mais lorsque j’ai lu les critiques de presse au sujet d’Une Lettre en Eté qui ne tarissaient pas d’éloges, allant même jusqu’à dire qu’il s’agissait d’ « un des meilleurs livres de l’année » selon le Library Journal, je me suis dit « M’ouais, faudrait peut-être pas abusé. Il sera peut-être bien mais aller jusqu’à le poser sur un piédestal… » Ainsi s’arrêtait ma réflexion avant même de commencer ma lecture. Et puis, vint le fameux moment où je m’installai avec mon plaid fétiche ainsi que mes deux doudous-koalas (j’ai encore des doudous, et alors?) afin de débuter ce livre signé Debbie Macomber. Et là… Une seule envie : retenir mon souffle jusqu’à la dernière page.

De plus, bien qu’il ne s’agisse, aux yeux de certains d’entre vous, que d’histoires de bonnes femmes, j’ai trouvé que cet ouvrage avait quelque chose en plus que d’autres livres du même style. Et en parlant de « style », si vous êtes fan de l’auteure Danielle Steel (vous la sentiez venir cette vanne-là? Vous auriez dû pourtant, elle était facile.), alors vous aimerez forcément Debbie Macomber.

Si vous avez lu le résumé, vous savez d’ores et déjà que durant ces 318 pages, nous allons suivre plusieurs femmes : Jo Marie, veuve et au centre de l’histoire puisque c’est elle qui tient la maison d’hôtes dans laquelle nos autres principales protagonistes vont séjourner le temps d’un week-end ; Maggie, femme de Roy avec lequel elle a décidé de passer quelques jours loin de tout, sans les enfants, pour tenter de reconstruire leur mariage ; Ellie, jeune et désireuse de voler de ses propres ailes ainsi que de se forger sa propre opinion concernant un jeune homme rencontré sur un réseau social que nous connaissons tous et toutes.

J’ai beaucoup aimé la légèreté et la simplicité qui se dégageaient de chacune de ces femmes. Loin d’être superficielles ou bien lassantes, elles avaient toutes une certaine valeur à mes yeux. Je dois avouer que je me suis beaucoup attachée à elles et qu’il me sera difficile de les oublier tout comme leurs folles péripéties. A la fin du roman, je me suis même surprise à penser : « J’espère que tout ira bien pour elles à présent. »

Je remercie du fond du cœur les éditions Charleston pour m’avoir envoyé cet ouvrage avant même sa sortie. De cette façon, j’ai pu me hâter de le lire et d’en rédiger la chronique dont vous terminez actuellement la lecture. Ce service-presse m’a permis de découvrir une auteure exceptionnelle dont j’espère entendre des nouvelles très prochainement et je crois que mille mercis ne suffiraient pas. Cependant, l’intention y est… ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s