Critique : Les Piliers de la Terre (intégrale), Ken Follett

9782253059530-T

Edition : Le Livre de Poche
Prix : 10 €
Nombre de pages : 1050
Genre : historique
Note : 20/20 ❤

Résumé : Dans l’Angleterre du XIIème siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s’assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l’amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d’épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles… et de saintes ruses. La haine règne, mais l’amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

Eh bien, je comprends maintenant pourquoi ce livre est un best-seller. Dès aujourd’hui, si l’on devait me demander quel livre je voudrais conserver si une invasion de zombies avait lieu ou si l’apocalypse était proche, je choisirais sans hésiter Les Piliers de la Terre de Ken Follett. Vous pensez tout comme moi que mourir sans avoir lu la saga Harry Potter, c’est mourir bête? (Oui, je pense cela même si je ne les ai pas encore lus. Dingue, non?) Il en va de même pour cet ouvrage. C’est vrai que le nombre de pages peut en rebuter plus d’un mais je vous assure qu’il vaut le coup de sauter le pas.

J’ai décidé de me lancer dans cette lecture car je voulais m’organiser un mois spécial Ken Follett qui est devenu, très récemment, mon auteur favori. Souvenez-vous, lorsque j’étais tombée sur cet incroyable pavé à la bouquinerie d’Oxfam, je n’avais même pas réfléchi et l’avais acheté sans plus attendre. J’avais hâte de le commencer et la plupart d’entre vous attendait impatiemment mon avis le concernant. Alors le voici : LISEZ CE LIVRE ! (mode bourrage de crâne : activé)
Petite précision : si vous êtes fan de Game Of Thrones (qu’il s’agisse de la série ou des livres), vous aimerez forcément cet ouvrage.
Mêlant complots, amour et vengeance, ce livre vous embarque dans une aventure de laquelle vous ne vous remettrez pas de sitôt ; vous n’en sortirez pas indemne. L’histoire a beau se passer au 12ème siècle, la narration est très simple de compréhension. Et malgré le grand nombre de personnages et d’intrigues s’entremêlant et se séparant sans cesse pour finalement se retrouver à un même point clé du roman, il est facile de s’y repérer. N’ayez donc pas peur de perdre le fil !
En ce qui concerne les personnages, je suis intimement persuadée que chacun d’entre vous aura son/sa petit(e) préféré(e). Il y en a pour tous les goûts. J’ai personnellement beaucoup pleuré et ris tout au long des aventures de ma chère Aliena (prénom tellement beau en plus). Cependant, comme je l’ai dit précédemment, si vous êtes fan de Game of Thrones, vous aimerez ce roman mais sachez aussi que, tout comme dans Game of Thrones, il faut s’attendre à tout. Et même en me basant sur cette idée, j’ai connu des moments d’angoisse et de stress intense à l’égard de certains personnages lors de ma lecture.

Je n’ai jamais autant éprouvé de sentiments aussi divers et profonds que lors de cette lecture. J’ai totalement été bouleversée et, à de nombreuses reprises, j’ai dû faire des pauses car je ne pouvais plus lire les mots à travers mes larmes. En lisant ce livre, j’ai également dû passer pour une dingue dans les transports en commun lorsque je me rendais au travail parce que quand vous laissez échapper un « ooooh ! », que tout à coup vous avez les larmes aux yeux ou bien même que vous souriez bêtement tout en lisant, non, je vous assure, ça ne passe pas inaperçu… Au moins, on peut être sûr que j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Je crois même que j’étais un peu trop immergée dans le roman. 😀

Citations :

  • L’incertitude ne vaut guère mieux qu’un refus.
  • Prêter serment, c’est mettre son âme en péril. Ne faites jamais un serment à moins d’être capables de mourir plutôt que de vous parjurer.
  • Elle avait cru périr dans la forêt et retrouvait maintenant la civilisation. Bien sûr la ville grouillait de voleurs et d’assassins mais en plein jour au moins, on était protégé. Dans la ville, il y avait des lois, et ceux qui ne les respectaient pas étaient bannis, mutilés ou pendus.
  • – Je regrette de t’avoir rendu si malheureux.
    – Surtout pas cela. Regrette plutôt de m’avoir rendu si heureux. C’est ça qui fait mal, femme.
  • Tôt ou tard, toute femme indépendante se fait traiter de sorcière.
Publicités

5 réflexions sur “Critique : Les Piliers de la Terre (intégrale), Ken Follett

  1. Je l’avais offert à Noël à mon papa et j’avais voulu le lire aussi.. Depuis, ce Noël est passé depuis longtemps et je ne l’ai pas ouvert 😦 J’ai honte! Mais en me promenant par ici, tu me rappelles qu’il existe et je vais le remettre dans ma pile 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s