Critique : Le Papillon des Etoiles, Bernard Werber

9782226173492-jEdition : Albin Michel
Prix : 19 €
Nombre de pages : 315
Genre : science-fiction
Note : 8/20

Résumé : « Cette planète est notre berceau mais nous l’avons saccagée. Nous ne pourrons plus jamais la soigner ni la retrouver comme avant. Quand la maison s’effondre, il faut partir. Recommencer tout, ailleurs et autrement. Le Dernier Espoir, c’est la Fuite. »

Le Papillon des Etoiles illustre parfaitement ce que je pense de l’achat des livres dès leur sortie en grand format et au prix fort. C’est tout à fait i-nu-ti-le. Pourquoi acheter un ouvrage à 20 euros si c’est pour se rendre compte que l’on ne l’aime pas et même venir à se demander pourquoi l’on a fait cet achat? Franchement. J’ai acheté celui-ci d’occasion (et heureusement !) en grand format et à 3 euros tandis que son prix initial est de 19 euros.

J’ai déjà lu de nombreux ouvrages de Bernard Werber qui fait partie, si vous ne le saviez pas déjà, de mes auteurs favoris ! J’ai dévoré la trilogie des fourmis ainsi que le Cycle des anges (Les Thanatonautes et L’Empire des Anges) ainsi que le cycle des dieux (Nous, Les Dieux, Le Souffle des Dieux et Le Mystère des Dieux). Je les ai absolument tous adorés ! Cependant, je n’avais vu qu’un seul livre indépendant de tout autre et écrit de sa plume : Nos Amis Les Humains. Je n’avais pas forcément accroché et, à vrai dire, heureusement qu’il se lisait en une heure… Mais voilà que le schéma se répète avec le livre que je vous présente dans cette critique.
Au cas où vous ne l’auriez pas compris, je n’ai pas du tout aimé ce livre. Je dirais même que je me suis littéralement, profondément et incroyablement ennuyée. Tout au long de ma lecture, je me suis accrochée à ce que mes amies m’en avaient dit : « Tu verras, il est super bien ! Un peu long à démarrer mais ensuite, c’est vraiment top ». J’ai attendu un quelconque tremplin durant toute ma lecture, jusqu’à la dernière page, jusqu’au dernier mot… Mes espoirs se sont retrouvés réduits en cendre au fur et à mesure que j’approchais de la fin. J’ai été extrêmement déçue. D’autant plus qu’il faut savoir que je désirais lire ce livre depuis un bon moment déjà ! 😦

Yves Kramer, ingénieur dans une agence spatiale et plus précisément chef du département « Prospective et Innovation », passe le plus clair de son temps à accepter ou réfuter divers projets concernant les voyages dans l’espace. Jusqu’au jour où il propose lui-même un nouveau projet hors-norme. Ce dernier est le dernier espoir pour une espèce menée inévitablement à sa perte par ses erreurs passées : il s’agit de l’espèce humaine. Le but du projet « Dernier Espoir »? Fuir notre planète pour y bâtir un monde meilleur.

Ce que je reproche à ce livre, c’est la (désespérément) lente mise en place de son intrigue et sa morosité. Cet ouvrage est plat, horriblement plat ! Le lecteur passe tellement de temps à attendre qu’il se passe enfin quelque chose que lorsque c’est à peu près de le cas (je dis bien « Ã  peu près »…), il a juste envie que ça se finisse et de passer à une autre lecture. Cela a été mon cas.

Honnêtement, je ne saurais même pas vous dire ce que j’ai aimé dans ce livre tant je me suis battue pour ne pas l’abandonner en cours de route. Tel un condamné à mort, j’ai simplement attendu que ça se finisse.

Citations :

  • Nous pensons que le jour nous voyons mieux que la nuit. C’est faux, le jour nous discernons des événements tout au plus à quelques dizaines de kilomètres, et dans le ciel notre vision est limitée par les nuages ou la couche atmosphérique. Alors que la nuit… La nuit nous apercevons des étoiles à des millions de kilomètres. La nuit nous voyons loin, nous voyons dans l’espace et le temps.
  • L’amour peut etre une illusion. L’amour peut rendre fou. On peut tuer par amour. On se trompe souvent par amour. En revanche la lumiére,elle,ne trompe pas. Elle est partout. Elle éclaire. Elle dévoile. Elle réchauffe. La lumiére fait pousser les fleurs et les arbres. Elle réveille nos hormones,nourrit notre organisme. On peut vivre sans amour,on ne peut pas vivre sans lumiére. Imagine un monde où tout serait éteint, où l’humanité serait plongée dans une nuit permanente. Imagine et tu comprendras.
  • Après la guerre la paix.
    Après la paix à nouveau la guerre.
    Dans l’intervalle : juste quelques dizaines d’années, le temps d’oublier les méfaits de la guerre et les raisons de la paix.
  • Dans le confort, on a aucune raison de vouloir changer de vie.Seules les souffrances nous réveillent et nous donnent envie de tout remettre en question.
  • Les étoiles sont les yeux de l’univers et l’univers nous observe avec curiosité.
Publicités

Une réflexion sur “Critique : Le Papillon des Etoiles, Bernard Werber

  1. Je me doutais que ça ne serait pas un favori ! Mais peut-être pas que tu ne l’aimes absolument pas :/. J’adore le « thème » sous-jacent à tout le livre (qu’on ne découvre qu’à la fin), mais comme je te l’avais dit, ce livre est P*TAIN de LONG !
    Je pense que Werber veut tellement nous vendre toutes ses petites scènes de philosophie, qu’au final, l’histoire ne sert honnêtement à rien en tant que tel. Il a écrit un roman, non pas pour l’histoire (alors que ça aurait dû être sa fonction première) mais tout simplement pour partager le fruit de ses réflexions, qu’il large comme ça, de temps à autre ! D’ailleurs, sa manière de faire des time-laps monstrueux pour rusher l’histoire m’horripile au plus au point… Là je pense clairement au premier meurtre: ça aurait dû être un moment clé, et être un moment plein de réflexion, mais là il te torche ça en quelques pages et c’est juste n’importe quoi !
    En gros, le bouquin aurait pû/dû être une pure merveille mais non, il a carrément bouclé ça en quatrième vitesse !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s