Critique : La Fille de l’Alchimiste, Kai Meyer

9782253119852Edition : Le livre de poche
Prix : 7,50 €
Nombre de pages : 625
Genre : fantasy
Note : 15/20

RĂ©sumĂ© : Fin du XIXe siĂšcle. Aura Institoris a grandi dans le labyrinthe de couloirs obscurs du chĂąteau de ses ancĂȘtres, bĂąti sur un rĂ©cif de la Baltique. Lorsque son pĂšre, l’alchimiste Nestor Nepomuk Institoris, est assassinĂ© sur l’ordre de son plus vieux rival, la jeune fille se trouve entraĂźnĂ©e malgrĂ© elle au cƓur d’un conflit dont les racines remontent au Moyen Âge. Aux cĂŽtĂ©s de son frĂšre adoptif, elle dĂ©cide d’affronter le meurtrier de son pĂšre. S’initiant Ă  son tour aux terribles secrets de l’alchimie, elle va braver les intrigues et les dangers, et partir sur la piste du plus grand mystĂšre de l’humanitĂ© : l’immortalité 

Rebondissements, rebondissements et encore rebondissements !

A peine finie ma lecture du rĂ©sumĂ©, j’ai eu un vĂ©ritable coup de cƓur pour cet ouvrage. J’avais donc un peu peur d’ĂȘtre déçue en lisant le roman, faute d’avoir misĂ© trop d’espoirs en lui. D’autant plus que s’il y a bien un genre de roman avec lequel j’ai du mal Ă  accrocher, c’est le Fantasy. Cela explique pourquoi je suis sur le premier tome d’Eragon Ă©crit par Christopher Paollini depuis des mois… (Eh, j’en suis quand mĂȘme Ă  la moitiĂ© !)

Ceci Ă©tant dit, j’ai donc commencĂ© Ă  lire La Fille de l’Alchimiste et, comme j’ai pu le lire dans une ou deux critiques, j’ai constatĂ© assez rapidement qu’il y a en effet des passages de description assez longs. Bien sĂ»r, je comprends qu’il faille dĂ©crire l’environnement des personnages, l’endroit oĂč se passe l’action, etc. NĂ©anmoins, je dĂ©-tes-te les descriptions. C’est ma bĂȘte noire. Alors, quand elles sont trop longues, trop voyantes, trop envahissantes, eh bien, je commence Ă  dĂ©sespĂ©rer. Mais je ne me suis pas laissĂ©e dĂ©monter et ai surmontĂ© ces passages avec courage ! 😀

En 1897, Christopher arrive dans sa nouvelle demeure, le chĂąteau des Institoris, bĂąti sur une Ăźle de la Baltique. A peine arrivĂ©, il fait la connaissance des membres de sa famille adoptive : Charlotte, sa mĂšre, Nestor, son mystĂ©rieux et absent paternel, Aura l’aĂźnĂ©e, Sylvette la benjamine et Daniel, garçon adoptĂ© tout comme lui. Il dĂ©couvre rapidement divers secrets concernant le chĂąteau et ses habitants. Quelques temps aprĂšs, Nestor Institoris est assassinĂ© par son plus grand rival dont les origines du conflit remontent au Moyen-Âge. Aux cĂŽtĂ©s de son frĂšre adoptif, Christopher, Aura dĂ©bute un pĂ©riple empli de dangers afin d’affronter le meurtrier de son pĂšre et finir le travail que celui-ci avait commencĂ© : la quĂȘte de l’immortalitĂ©.

HonnĂȘtement, j’ai beau avoir eu du mal avec certaines descriptions qui sont loin d’ĂȘtre « trop longues, trop voyantes, trop envahissantes », comme j’ai pu le dire plus haut, mais bel et bien prĂ©sentes, j’ai tout de mĂȘme beaucoup aimĂ© cette lecture ! D’ailleurs, j’aimerais que l’on applaudisse cet ouvrage et son auteur car, pour que j’accroche Ă  un roman de Fantasy, il faut le faire ! Je peux facilement lire en ayant la tĂ©lĂ©vision allumĂ©e ou bien de la musique dans les oreilles. Ceci dit, lorsque le livre ne me tient pas, dirai-je, je me laisse facilement distraire. Cela n’a pas du tout Ă©tĂ© le cas ici ! 🙂
A chaque fin de chapitre, vous ĂȘtes obligĂ©s de lire le suivant. Il y a tellement de suspense, d’attente, de surprises… Il est vrai que j’ai fait traĂźner cette lecture un peu plus d’une semaine mais lorsque je m’y suis vraiment mise dĂšs vendredi soir, je n’avais plus envie de le lĂącher du week-end !

J’ai beaucoup aimĂ© tous ces secrets qui enveloppent invariablement les personnages, les sentiments Ă  la fois profonds et contradictoires que l’on Ă©prouve pour eux, sans parler du pĂ©riple palpitant dans lequel nous embarquent nos hĂ©ros, les mystĂšres de l’alchimie et son histoire… J’ai trouvé ce livre mais aussi et surtout son contenu que je qualifierai de fascinant ! Le livre a beau ĂȘtre dĂ©jĂ  Ă©pais (625 pages), je suis tout de mĂȘme Ă©tonnĂ©e que l’auteur ait rĂ©ussi Ă  consigner tout cela dans si peu de pages !

Alors, vous aussi, lancez-vous dans cette quĂȘte surprenante de l’immortalitĂ© ! 😉

Citations : 

  • Nous aurions pu ĂȘtre amis, mais tu sais ce qu’il en est de l’amitiĂ©. A la moindre dĂ©ception, elle peut se transformer en HAINE, beaucoup plus vite qu’avec de simples connaissances. Lorsque nous apprĂ©cions quelqu’un, nous avons tendance Ă  lui tenir beaucoup plus rigueur de ses fautes que si c’Ă©tait un inconnu. 
  • Les hommes comme Lysander et lui ont passĂ© leur vie Ă  chercher quelque chose que le reste du monde tient pour une chimĂšre. Ils ont supportĂ© les moqueries et le mĂ©pris de tous, ils ont Ă©tĂ© contraints de se cacher. Mais cela ne les a pas empĂȘchĂ©s de poursuivre leur quĂȘte. 
  • J’espĂšre simplement que tu n’en viendras jamais Ă  me haĂŻr, rĂ©pondit-il Ă  voix basse. Si tu hais avec autant d’Ă©nergie que tu pardonnes, je plains tes ennemis.
  • La lumiĂšre se porte dans le coeur, elle ne s’accroche pas au plafond.
  • N’est-il pas Ă©trange, se disait-elle parfois, qu’un ĂȘtre que nous n’avons rencontrĂ© qu’une seule fois puisse ainsi bouleverser toute notre vie?
  • Lysander a compris depuis longtemps que rien n’a autant de pouvoir sur les gens que leurs croyances. Le problĂšme, c’est que chacun peut choisir ce Ă  quoi il veut croire. Chacun suit des lois qu’il s’est imposĂ©es Ă  lui-mĂȘme. Lysander dĂ©cide de ne jamais croire Ă  quelque chose sans possĂ©der de preuves. 
Publicités

Une réflexion sur “Critique : La Fille de l’Alchimiste, Kai Meyer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s