Projet professionnel et rĂ©orientation : le grand chamboulement !

2183-s-occuper-d-un-animal-combien-ca-1070x500-2

AprĂšs avoir Ă©tĂ© absente de nombreux mois pour des raisons que je vous ai Ă©numĂ©rĂ©es ici, je vous retrouve pour un article qui me tient sincĂšrement Ă  cƓur suite Ă  mon retour dans la blogosphĂšre et ce, plus motivĂ©e que jamais. 😉

——————————————————

Cet article est plus particuliĂšrement destinĂ© aux personnes qui, comme moi, se sont rĂ©-orientĂ©s ou souhaitent se rĂ©orienter et qui ont connu ou connaissent cette angoisse que l’on ressent lorsque l’on ne se sent plus Ă  sa place dans le projet que l’on s’Ă©tait Ă©tabli. A l’Ă©poque, je ne pensais pas qu’une rĂ©orientation pouvait ĂȘtre aussi Ă©prouvante. Aujourd’hui, je rĂ©alise combien cela peut-ĂȘtre difficile. Surtout que j’estime que je ne suis pas la plus mal lotie car en quelques semaines, mĂȘme pas, je m’Ă©tais dĂ©jĂ  trouvĂ© un nouvel objectif. Mais je vous en dis plus dans les lignes qui vont suivre, alors bonne lecture !

——————————————————

Suite Ă  l’obtention de mon baccalaurĂ©at littĂ©raire en 2013, je m’Ă©tais dĂ©cidĂ©e à entrer Ă  l’universitĂ© Lille 3 en licence de lettres modernes afin de devenir professeure de littĂ©rature dans le secondaire. J’avais obtenu ma premiĂšre annĂ©e sans trop de problĂšme (mĂȘme si j’avoue ĂȘtre passĂ©e aux rattrapages du second semestre). AprĂšs les vacances d’Ă©tĂ©, j’Ă©tais ultra motivĂ©e ! Le programme de l’annĂ©e et les lectures prĂ©vues avaient l’air ultra intĂ©ressants et j’avais vraiment hĂąte d’y ĂȘtre. Seulement, dĂšs la rentrĂ©e, j’ai commencĂ© Ă  sĂ©cher de nombreux cours. J’enchaĂźnais les flemmingites aiguĂ«s sans jamais parvenir Ă  me forcer Ă  aller en cours. Je n’Ă©tais quasiment pas stressĂ©e par les mini-examens que nous avions dĂ©jĂ  et je ne me soucais pas tant que ça de rattraper mon retard en ce qui concernaient les cours, etc. Mais le pire du pire dans tout ça, c’est que je me sentais tellement mal dans mes Ă©tudes que j’en suis arrivĂ©e Ă  ĂȘtre dĂ©goĂ»tĂ©e des livres… (C’est Ă  ce moment-lĂ , lorsque j’ai rĂ©alisĂ© cela, que j’ai commencĂ© Ă  vraiment toucher le fond.) En bref, j’avais vraiment trĂšs trĂšs mal dĂ©butĂ© l’annĂ©e ! ><
S’en est suivi que je ne parvenais plus Ă  me lever. J’Ă©tais constamment triste ou Ă  fleur de peau. C’Ă©tait juste vraiment horrible cette sensation dĂšs le rĂ©veil, se dire « j’ai pas envie d’y aller », « qu’est-ce que je fous lĂ -bas? », et autres remarques du genre. J’ai fini par ne plus me prĂ©senter en cours et me renfermer sur moi-mĂȘme. Je ne parlais plus Ă  personne. Je pense que cela s’explique par le besoin de solitude et de rĂ©flexion mais aussi, j’avais certainement un petit peu honte au fond. J’Ă©tais tellement sĂ»re de ce que je voulais faire, j’Ă©tais confiante, je pensais dĂ©jĂ  Ă  l’avenir, et aprĂšs un an seulement, j’abandonnais.

Et puis, un matin, je me suis rĂ©veillĂ©e de meilleur humeur que les jours prĂ©cĂ©dents. Je venais d’avoir une idĂ©e qui allait me sortir de ce trou et m’aider Ă  me reprendre en main. J’avais un nouveau projet !

Depuis toute petite, je suis passionnĂ©e par la nature et les animaux. Il est vrai que je suis une personne qui s’Ă©merveille d’un rien, une femme-enfant comme diraient certains. Et la nature m’a toujours impressionnĂ©e par sa force et sa beautĂ©. Quant aux animaux, j’ai toujours pris beaucoup de plaisir Ă  les observer, Ă  m’efforcer Ă  les comprendre, Ă  jouer avec eux mais aussi Ă  les soigner. Combien de fois ai-je ramenĂ© des animaux blessĂ©s Ă  mon pĂšre et ma mĂšre en leur disant qu’il fallait que je les soigne? Combien de fois mon pĂšre m’a t-il rapportĂ© des bĂ©bĂ©s abandonnĂ©s qu’il fallait sevrer et dont il fallait s’occuper jour et nuit? Je ne saurais le dire. En tout cas, cela a toujours Ă©tĂ© un franc succĂšs. Comme si dĂšs mon plus jeune Ăąge, j’avais su apprĂ©hender leurs faiblesses. Et c’est une grande fiertĂ© pour moi ! (Certainement la seule. xD)
J’ai toujours voulu ĂȘtre vĂ©tĂ©rinaire mais j’estime ne pas avoir le niveau et le courage pour ces Ă©tudes. (Il faut savoir que les Ă©tudes de mĂ©decine animale sont encore plus compliquĂ©es que celles de mĂ©decine humaine.) Mais comme tous les collĂ©giens, j’ai dĂ» faire mon stage en classe de 3Ăšme dans l’entreprise de mon choix. Et j’ai optĂ© (gros suspense) pour une clinique vĂ©tĂ©rinaire ! C’est lors de ce stage que j’ai dĂ©couvert le mĂ©tier que je voulais faire Ă  l’Ă©poque et vers lequel je me rĂ©oriente aujourd’hui : celui d’auxiliaire spĂ©cialisĂ©e vĂ©tĂ©rinaire (ASV) !

Pendant ce stage, j’ai eu la chance d’acquĂ©rir de nombreuses compĂ©tences et d’assister le vĂ©tĂ©rinaire lors de la plupart des opĂ©rations (en plus des auscultations auxquelles j’assistais constamment). Ainsi, je m’occupais de l’accueil des animaux, de leur installation, de leur hygiĂšne, de leurs repas, de leurs soins mais j’ai pu Ă©galement assister le vĂ©tĂ©rinaire lors d’opĂ©rations au laser (qui Ă©tait une technologie toute rĂ©cente Ă  l’Ă©poque et trĂšs peu rĂ©pandue en France), de stĂ©rilisation, de castration (hm, je vous ouvre l’appĂ©tit n’est-ce pas? :p) et j’en passe. La seule chose que je n’ai pas vu lors de mon stage, je crois, c’est l’euthanasie et honnĂȘtement, je ne le regrette pas (ah bon?).

Certains sont en droit de se demander : mais aimer les animaux, c’est une chose mais est-ce qu’elle sera capable de supporter les morts et les Ă©tats critiques au quotidien? Eh bien, je pense que oui. J’ai beau ĂȘtre trĂšs Ă©motive, je crois ĂȘtre capable de surmonter ce genre d’Ă©preuve. AprĂšs tout, cela n’est agrĂ©able pour personne alors pourquoi les autres y arriveraient et pas moi? Il n’y a aucune raison Ă  cela. Croyez-moi, lorsque vous dĂ©sirez exercer un mĂ©tier plus que tout au monde, tout comme moi je rĂȘve de travailler avec les animaux depuis toujours ( et c’est en cela que je m’estime mieux lotie concernant la rĂ©orientation, tandis que d’autres veulent se rĂ©orienter mais ne savent pas quoi faire), vous pouvez tout surmonter ! 😉

Depuis que j’ai dĂ©cidĂ© d’arrĂȘter totalement les lettres modernes, je vais nettement mieux. Je me sens bien dans mes pompes et je suis plus motivĂ©e que jamais ! De plus, je me dis que si je veux faire ce mĂ©tier depuis toute petite et qu’aujourd’hui, je reviens sur mon premier choix, ce n’est pas pour rien ! (C’est le destiiiiin !)

En ce qui me concerne, je dois faire un stage obligatoire de deux semaines afin de pouvoir valider mon dossier d’inscription en formation d’ASV et ainsi commencer Ă  rechercher un vĂ©tĂ©rinaire acceptant de me prendre en contrat d’apprentissage pendant deux ans. Cela ne sera pas tĂąche aisĂ©e mais j’ai d’ores et dĂ©jĂ  des entretiens prĂ©vus pour des stages en clinique. On verra ce que cela donne. 🙂

Alors, si vous aussi vous ne vous sentez pas bien car les Ă©tudes que vous faites ne vous conviennent plus et que vous pensez franchement Ă  la rĂ©orientation, ne vous tracassez pas. 🙂 La « reconversion », ce n’est pas une tare. 🙂 Osez vous lancer et changer vos projets ! Ne vous laissez pas sombrer juste parce que vous avez honte ou parce que vous voulez rester avec les copains et les copines. Prenez votre courage Ă  deux mains et surtout, prenez-vous en main !

Si vous vous ĂȘtes un « rĂ©orientĂ© » ou que vous dĂ©sirez le devenir, n’hĂ©sitez pas Ă  donner votre avis concernant cet article !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s